Expositions

Témoins d’argile

Lorsqu’en 1856 des figurines en terre cuite sont mises au jour dans un champ de Toulon-sur-Allier, ce sont près de 2 000 ans d’histoire qui refont surface.
Les figurines en terre cuite appartiennent à l’artisanat de la coroplastie, qui se caractérise par la production d’objets figurés en terre cuite par modelage et/ou moulage.

C’est à la croisée de plusieurs cités gallo-romaines (territoires administratifs) : Eduens, Bituriges-Cubes, Arvernes ou Ambivarètes, qui « reprennent » les délimitations territoriales celtes que se développent, entre le 1er et le 3e siècle de notre ère, de nombreux centres de productions de céramiques appelés aujourd’hui « de Gaule centrale ».
L’attrait pour ces productions de l’artisanat gallo-romain ne va cesser de grandir jusqu’à former une partie importante des collections du musée Anne-de-Beaujeu. Dès le 19e siècle, l’importance des découvertes faites dans l’Allier a mené les spécialistes comme le grand public à nommer ce type d’objet « figurines en terre blanche de l’Allier ». Aujourd’hui encore, dans de nombreux musées à travers l’Europe, ces figurines en terre cuite portent souvent ce nom.
La collection de figurines en terre cuite du centre de la Gaule du musée Anne-de-Beaujeu est aujourd’hui l’une des plus importantes, après celle conservée au Musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye. Celui-ci conserve des collections de figurines retrouvées partout en France. Il a en particulier acquis en 1884 la collection de Louis Esmonnot, un des premiers fouilleurs des sites de production bourbonnais, qui comprend des objets trouvés à Toulon-sur-Allier, Vichy ou encore Saint-Pourçain-sur-Besbre. Certains ont pu être prêtés pour cette exposition et ainsi retrouver l’Allier pour la première fois depuis 150 ans.

du 17 octobre 2020 au 31 décembre 2021

Musée Anne de Beaujeu et Maison Mantin - MAB - MOULINS

Musiciens ambulants

Ils ont sillonné les routes de France et d’Europe, animé les rues au son des vielles, cornemuses et instruments mécaniques. Artistes itinérants, marchands de chansons, Savoyards et Auvergnats sont à découvrir avec leurs instruments en visitant l’exposition Musiciens ambulants.

du 15 mai 2021 au 26 septembre 2021

Maison du Luthier - Musée - JENZAT

Camille Saint-Saëns

Centenaire d’un maître français

Camille Saint-Saëns s’est imposé comme l’un des plus grands maîtres de la musique française. Jeune prodige, il se démarque très vite par sa précocité et impressionne par ses qualités musicales. Compositeur prolifique, ayant pour modèles Berlioz, Liszt ou Gounod, il s’essaye à tous les styles et partage sa carrière d’une rare longévité avec ses activités d’organiste, de concertiste et de chef d’orchestre. Outre son célèbre Samson et Dalila, son entêtante Danse macabre et son insolite Carnaval des animaux, Saint-Saëns laisse derrière lui plus de 600 œuvres. Premier admirateur de Wagner, il reste tout au long de sa vie un fervent défenseur de l’art français – il en est le plus digne représentant lors de ses tournées quasi officielles en Europe, en Afrique et en Amérique – et fonde en 1871 la Société nationale de Musique afin de soutenir les jeunes compositeurs français. Partagé entre modernité et tradition, il introduit la mélodie, la musique de chambre, le concerto pour piano et le poème symphonique, genres jusque-là méconnus en France, mais travaille par ailleurs à la redécouverte de la musique ancienne, notamment celle de Rameau qu’il admire. Il est en 1908 le premier compositeur à écrire une musique originale de film et l’un des pionniers de l’enregistrement. Témoin vif, non sans impartialité, il livre par ses activités journalistiques et épistolaires une vision rigoureuse de ses contemporains sous la Troisième République et s’attire régulièrement pour cela les foudres de ses détracteurs. Voyageur inlassable, sa santé fragile lui impose ses nombreux séjours en Afrique du Nord, où il trouve un climat hivernal calme et doux, mais aussi l’anonymat propice à la composition. Grand éclectique, le musicien se passionne tout autant pour les sciences, comme l’astronomie ou l’archéologie, disciplines pour lesquelles il cultive toute sa vie une vive curiosité.

À Vichy, Camille Saint-Saëns est apprécié ! Sa musique est jouée régulièrement lors des saisons estivales et il séjourne à plusieurs reprises dans la station thermale, notamment en 1913 pour un festival qui lui est consacré et en 1917 lors d’une tournée de concerts.

du 18 mai 2021 au 28 novembre 2021

Musée de l'Opéra de Vichy - VICHY

Secrets de fouilles

Entre 2009 et 2012, une quinzaine d’archéologues se sont relayés pour étudier toutes les traces laissées par l’Homme dans le sous-sol souvignyssois depuis près de 2000 ans.

Ces recherches archéologiques ont livré une documentation archéologique inédite qui éclaire d’un nouveau jour les connaissances sur les origines de cette agglomération, ainsi que sur son développement entre château des Bourbons et prieuré clunisien.

Au travers un parcours didactique, pédagogique et scientifique, les visiteurs seront plongés dans un circuit chronologique de l’antiquité à la fin de l’époque médiévale.

du 19 mai 2021 au 31 octobre 2021

Musée et Site Prieural - SOUVIGNY

Héros oubliés. Les animaux dans la Grande Guerre.

Ils sont des millions à avoir accompagné les soldats, à avoir vécu et souffert le même enfer et à avoir trouvé la mort sur les champs de bataille.
Chevaux, chiens, chats, vaches, ânes, pigeons… Ils se font les précieux auxiliaires des poilus, à une époque où l’armée ne peut guère se passer d’eux.

du 28 mai 2021 au 11 novembre 2021

Historial du paysan soldat - FLEURIEL

Les années 1940-1941 : de l’étrange défaite à l’occupation.

« Les années 1940-1941 : de l’étrange défaite à l’occupation » présentée dans la grange du Mémorial du Corgenay.
À travers une sélection d’objets et de documents d’époque, vous allez revivre les événements marquants de la terrible tragédie qui plongea la France dans les années noires de l’Occupation.

du 28 mai 2021 au 11 novembre 2021

Historial du paysan soldat - FLEURIEL

Double bonheur

A travers l’histoire d’un mariage, l’exposition Double bonheur raconte la vie des femmes en Chine, du 18ème siècle à aujourd’hui.
On découvre l’arrivée de la mariée en palanquin, ses précieux ornements de coiffure et souliers pour petits pieds, images du prestige de sa famille. Les cadeaux de mariage, ornés de motifs de fécondité soulignent son devoir : avoir des fils et prendre place dans la lignée.
Les photos de mariage, anciennes ou plus modernes montrent l’importance de cette institution.

Dans les années 20, la femme chinoise moderne est à Shanghaï, vedette de cinéma ou pin-up, son image envahit les affiches publicitaires.

du 29 mai 2021 au 31 octobre 2021

Musée des Arts d'Afrique et d'Asie - VICHY

Voyages

Comment la nature façonne t’elle la vie et l’imaginaire des peuples ?

Dans la vallée du Sepik, en Papouasie-Nouvelle Guinée, l’environnement naturel nourrit les croyances des populations. Les animaux ancêtres, oiseaux et crocodiles, peuplent les objets rituels, l’igname et le sagoutier sont les plantes offertes par les esprits.

Au Vanuatu, aux Fidji, les terres paraissent isolées dans l’immense océan. Pourtant la mobilité est une constante des sociétés du Pacifique. De grandes pirogues à voile naviguaient d’île en île sur des routes maritimes ancestrales. Les populations tissaient des liens à travers un système d’échange cérémoniel des objets.
Le lien étroit avec la nature est visible dans la profusion des matériaux. Ils viennent des routes de la mer et de la terre matrice.

En Australie, les cultures aborigènes sont à l’origine d’un art unique. Les peintures sont les cartes du désert. Chaque signe est un élément du paysage. Ils sont peints comme s’ils étaient vus du ciel.

Le musée présente une extraordinaire collection de photographies de paysages, prises par des artistes japonais au 19ème siècle, Kimbei, T. Enami … Une manière de ressentir les micro-saisons au Japon, de comprendre le langage symbolique des végétaux.

du 29 mai 2021 au 31 octobre 2021

Musée des Arts d'Afrique et d'Asie - VICHY

Art’Tisse du bout des doigts !

La Maison de la Combraille  présente sa nouvelle exposition « Art’tisse du bout des doigts ». Cette exposition dévoile la transformation des matières premières (chanvre et laine) jusqu’à l’élaboration du textile et de son entretien. Découvrez de nombreuses professions autour du travail du chanvre et de la laine, ainsi que l’évolution actuelle de ces métiers sur  12 panneaux explicatifs ainsi que de nombreux objets.

Visite gratuite, libre et ouverte à tous publics.

La Maison de la Combraille organise deux journées d’animation en lien avec l’exposition « Art’Tisse au bout des doigts ! ».  Accompagnant le marché hebdomadaire sur la place du Donjon de Marcillat-en-Combraille, deux journées d’animation auront lieu : Jeudis 8 juillet et 12 août 2021. Lors de ces animations, un marché artisanal et des petits ateliers  (filage de laine, broderie, dentelle, vannerie, sculpture, tissage…) seront mis en place pour les visiteurs en fonctions de la possibilité des exposants et des règles sanitaires en vigueur pour  le COVID 19.

du 15 juin 2021 au 30 septembre 2021

Maison de la Combraille - MARCILLAT-EN-COMBRAILLE

Exposition Béa Baudot

Exposition des peintures et dessins de Béa Baudot.

du 07 juillet 2021 au 04 septembre 2021

Musée Gallo-Romain - NERIS-LES-BAINS